Informations

Casse-tête des grands félins 116

Casse-tête des grands félins 116


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Casse-tête des grands félins 116

Par:

L'auteur écrit d'une ville rurale de l'île de Vancouver. Un habitant de la ville, un magasin de campagne d'une petite ville, l'hôpital et l'école locaux, et depuis plusieurs années un agriculteur, il est récemment revenu à l'enseignement à temps plein. Avec un diplôme en littérature anglaise et une expérience de l'enseignement collégial, il consacre une grande partie de son temps à un poste à temps plein, à temps partiel et à temps partiel.

Le 1er octobre 2010, une lettre du ministère des Pêches et des Océans a été affichée à la porte du bureau. Il avait été envoyé à toutes les écoles du district. Après la fin de l'année scolaire, indiquait la lettre, le ministère avait entamé des procédures pour réaffecter la gestion des populations d'otaries à fourrure sauvages, de lynx du Canada, de lynx roux, de couguar, de lynx et de jaguarundi.

La lettre indiquait que sur la base des conseils du Service canadien de la faune, le ministère était prêt à faire une proposition qui, une fois mise en œuvre, entraînerait la réaffectation des populations suivantes à la CPS de l'île : lynx du Canada, couguar, lynx roux, jaguarundi, lynx , et le couguar, et le lâcher des populations suivantes dans la CPS du mnland : lynx du nord, du sud et côtier.

Le document était accompagné d'une carte de la SPC de l'île. Il a fourni des informations sur la situation du couguar, du lynx, du lynx roux et du lynx du Canada dans la CPS insulaire. Ce document contenait également du matériel utile pour le personnel et les parents : il contenait des cartes montrant les différentes aires de répartition du couguar, des photographies et des dessins du lynx du Canada, du lynx roux et du couguar, ainsi qu'un tableau des valeurs de chaque espèce. Il indiquait clairement que les espèces identifiées comme réaffectées étaient le couguar, le lynx, le lynx roux et le lynx du Canada.

Le document indiquait en outre clairement que le lynx du nord, du sud et côtier, ainsi que le couguar, seraient relâchés dans le mnland SPC. Il était également clair que la priorité du gouvernement serait de protéger la population de lynx du Canada. Cela a conduit à recommander que ces populations de lynx soient réaffectées à la CPS de l'île.

Il ressort clairement du dossier que beaucoup de réflexion a été appliquée à la question.

En plus des documents ci-dessus, un dossier lié à un rapport préparé par le MPO, « The Status of the Cougar in Southern Ontario, Canada », a été fourni. Il était daté du 12 août 1983 et signé par M. Kowarz.

Ce rapport était basé sur l'analyse des populations de couguars dans le sud de l'Ontario, y compris Hamilton. Il contenait une estimation de la population totale de couguars dans le sud de l'Ontario, et il a conclu qu'il y avait environ 12 couguars. Sur ces 12, six se trouvaient dans la CPS de l'île, deux dans la CPS de mnland, trois dans la CPS de la forêt de l'Est et une dans la CPS de l'est de l'Ontario. Cela suggère que la population de couguars de l'Est était en train d'être relocalisée. Cela ne semble pas être le cas. Ce que le rapport indique clairement, c'est que les populations de couguars de la CPS insulaire et de l'est de l'Ontario seraient protégées, du moins jusqu'à ce que certaines populations de la CPS mnland soient établies.

Le couguar qui a été proposé pour être relâché dans la CPS de mnland a été décrit dans le rapport comme « Cougar 2 » (« Cougar 2 »). On suppose qu'il s'agissait du deuxième d'une lignée de couguars à être relâchés, « Cougar 1 » ayant été relâché. Cougar 2 a été décrit comme suit :

« Cet animal m'est venu le 30 mars 1982 à l'âge de 2 ans. vieille femelle du zoo de Toronto. Il a été capturé dans le comté de Hamilton et est un frère de Cougar 1. À cette époque, le couguar était très apprivoisé et extrêmement sympathique et était un gros chat pesant 100 kg. (220 livres). Il faut lui donner un foyer car il n'a pas peur des gens. Cet individu ne doit pas être remis dans la nature car il prendra le relais et réduira le nombre de petits couguars. Le zoo de Toronto devrait s'occuper de cet animal et le confier à une institution zoologique pour des soins permanents.

Le couguar dans le rapport a été décrit comme « petit, pesant de 80 à 100 kg ». Il a également été décrit comme ayant :

"un pelage noir et feu, semblable à celui d'un chat domestique, ainsi qu'un masque facial noir et touffu tl,"

« pieds noirs »,

« pointes sur la partie supérieure du cou et sur les épaules », et

"un pr de taches blanches de chaque côté du visage. ?"

En 1986, le couguar était décrit comme :

« encore un petit couguar, pesant seulement environ 85 livres, toujours plus apprivoisé que le premier animal et vivant maintenant dans le zoo où il mange deux fois par jour, » ? et

« l'animal semble maintenant être dans un état stable car il prend du poids chaque jour. ? ? Le couguar a été décrit comme :

"un animal beaucoup plus gros que le couguar précédent, toujours plus apprivoisé que le premier animal, car il mangeait maintenant deux fois par jour," ? et

"ses pattes étaient plus grandes que celles du premier animal."

Puis, en décembre 1995, le couguar a été décrit comme :

"un grand couguar, pesant 300 livres. Cet animal est maintenant extrêmement apprivoisé et est devenu amical et a été autorisé à grimper à l'arbre pour dormir et manger. En janvier 1996, il mangeait trois fois par jour et prenait du poids chaque jour.

Aujourd'hui, une très grande femelle couguar est en captivité dans le zoo des jardins botaniques de Denver et, à la stupéfaction du personnel, prend du poids à un rythme ahurissant. Elle mange trois fois par jour et a été autorisée à grimper au sommet de l'arbre où elle dort la nuit.

L'un des couguars originaux a été décrit comme :

"petit et de couleur fauve."

« pieds noirs »,

« pointes sur la partie supérieure de la nuque et sur les épaules »,

"un pr de taches blanches de chaque côté du visage", et

"une crinière noire."

En 1989, le couguar était décrit comme :

"petit et de couleur fauve, ?" et

« pointes sur la partie supérieure de la nuque et sur les épaules »,

Il y a eu trois tentatives de réintroduction des couguars dans cette région ces dernières années. Ceux-ci ont fui. Apparemment, les couguars n'ont aucun intérêt à vivre avec les humains. Apparemment, ils n'aiment pas l'apparence ou le comportement des humains. Apparemment, ils n'aiment pas le son de leur propre voix. Apparemment, c'est vivre seul dehors. Les couguars du Colorado, comme ceux de Floride, sont un vestige d'une espèce beaucoup plus grande qui a peut-être vécu dans ce qui est maintenant l'ouest des États-Unis. Le couguar du Colorado a été introduit à la fin des années 1800 par des chasseurs et des trappeurs. Apparemment, ils ont attrapé des couguars et les ont expédiés dans des zoos. Apparemment, ils ont envoyé plus de couguars qu'il n'en fallait pour remplir le zoo, donc, apparemment, certains se sont échappés.

Il y a eu de nombreuses observations de couguars dans le Colorado à la fin des années 1980. Apparemment, un trappeur en a vu un dans les monts de La Plata,


Voir la vidéo: Empires u0026 Puzzles On analyse Balbar!! Ce vieil hermite va nous étonner (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Astolpho

    Je suis d'accord avec tout ce qui précède. Nous pouvons communiquer sur ce thème. Ici ou en MP.

  2. Bearacb

    Une femme est comme un parachute - elle peut refuser à tout moment, donc vous avez toujours besoin d'avoir une pièce de rechange!

  3. Barnet

    l'absurde parce que cela

  4. Jonni

    La réponse incomparable ;)

  5. Shakabar

    Bien sûr, vous avez raison. Dans ce rien, et je pense que c'est une très bonne idée.



Écrire un message

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos